Le CRIC vous invite à assister à son panel organisé dans le cadre du prochain Congrès de la Société québécoise de science politique (SQSP), qui aura lieu du 17 au 19 mai 2017 à l’UQAM.

Mercredi 17 mai 2017
11h15 à 17h30
salle SH-3260, pavillon SH de l’UQAM
200, rue Sherbrooke Ouest, métro Place-des-Arts

Événement facebook ici

Consultez notre programme!

Atelier C3 – (Re)définir l’action collective : lisières de contestation contemporaine

Responsables : Philippe Boudreau, Professeur, Département des sciences sociales, Collège Ahuntsic et Rachel Sarrasin, Professeure, Département des sciences humaines, Cégep Gérald-Godin

Les manifestations publiques récentes (Indignés, Occupy, grèves étudiantes, mobilisations autochtones, Nuit debout, Black Lives Matter, etc.), de même que les initiatives collectives moins visibles (assemblées de quartier, groupes d’affinité, espaces autonomes, réseaux militants informels, etc.) sont autant d’actions contestataires contemporaines qui contribuent à (re)définir les cadres d’analyse, les modes d’organisation et les formes d’intervention des mouvements sociaux.

Ce panel vise à aborder l’analyse des lisières – entendue comme lignes de démarcation externes et internes – qui animent la dynamique de constitution des mouvements sociaux. Sur le plan des objets de lutte, par exemple, comment les initiatives contestataires contemporaines contribuent-elles à moduler la frontière poreuse entre enjeux de la sphère publique et de la sphère privée? En termes de structuration, quels marqueurs organisationnels ou identitaires permettent de lier les formes d’action contestataire? Du point de vue de leurs stratégies d’action, comment les acteurs s’approprient-ils la tension entre légalité et illégalité de la diversité de leurs tactiques, entre interaction avec le champ de la politique conventionnelle ou indépendance des pouvoirs institués?

Panel C3.1 – Un foyer de pratiques en mutation : l’espace des mouvements sociaux entre autonomie et intégration

11h15 – 12h45

Présidence : Pascale Dufour (Université de Montréal)
Commentatrice : Rachel Sarrasin (Cégep Gérald-Godin)

  • Grégoire Autin (Université de Montréal) : Pratiques préfiguratives et ouverture des possibles: retour sur 10 mois de terrains de recherche

  • Jean-Vincent Bergeron-Gaudin (Université de Montréal) : La dynamique de la contestation à travers le temps: une analyse de la trajectoire des mobilisations relatives au logement à Montréal

  • Montserrat Emparador Badimon (Université Lumière-Lyon 2) : Une structure des opportunités… affective? Le mouvement pour le droit au logement barcelonais face à un gouvernement municipal allié

  • Elena Waldispuehl (Université de Montréal) : Contestation et austérité: sociogenèse du mouvement Occupy et réinvestissement de l’espace protestataire

Panel C3.2 – Analyse du discours protestataire: les processus de construction du sens politique de la contestation

14h15 – 15h45

Présidence : Anna Kruzynski (Université Concordia)
Commentateur : Philippe Boudreau (Collège Ahuntsic)

  • Angelo Montoni (Université du Québec à Montréal) : Après la contestation, que faire? Trajectoires et pratiques des militants post mouvement de contestation
  • Benjamin Pillet (Université du Québec à Montréal) : L’interdiscours anticolonial contemporain: persistance de la question coloniale et utopie politique en Amérique du Nord depuis 1990
  • Danie Royer (Université du Québec à Rimouski) : Citoyennisme ou écologisme? La cotestation des grands projets en «régions ressources» au Québec
Panel C3.3 – L’émergence du sujet collectif: rôle du genre, analyse féministe et étude des mouvements sociaux

16h00 – 17h30

Présidence : Francis-Dupuis-Déri (UQÀM)
Commentatrice : Geneviève Pagé (UQÀM)

  • Émeline Fourment (Centre d’Études Européennes) : Quelle unité de l’espace militant féministe après la remise en cause des femmes comme sujets politiques du mouvement? L’exemple des (queer-)féministes radicales berlinoises
  • Ève-Laurence Hébert (Université du Québec à Montréal) : Genre et participation militante: le cas du mouvement étudiant de 2012
  • Anne-Marie Veillette (Université du Québec à Montréal) : Résister et survivre en contexte de génocide : le cas des femmes des favelas de Rio de Janeiro

 

Advertisements